BRUINE

Création 2023

Production : Cie OUATE

Coproduction : GMEA, centre national de création musicale, Albi 

 

Michael Thieke : clarinette

Emilie Škrijelj : accordéon

​Tom Malmendier : percussions

 

Le maillage subtil de leurs matériaux révèle un paysage abstrait et minimaliste aux couleurs électroacoustiques. Accordéon, clarinette et percussions se côtoient dans un même souffle, autour d'une approche commune et minutieuse du son et du timbre. Ce continuum sonore propose un espace proche de l’environnement sonore et prolonge l’expérience dans une forme de concert/installation à l’aide de plusieurs haut-parleurs créés à partir d'objets de récupérations,  choisis et fabriqués pour colorer, altérer et filtrer les instruments, à la manière des diffuseurs des ondes Martenot. 

 
BRUINEjuillet22.jpg
 

SOLO

Glitch, solo accordéon préparé/ amplifié, 2022

 

Loris Binot /Lê Quan Ninh / Emilie Skrijelj

Loris Binot : piano préparé

Lê Quan Ninh : percussions

Emilie Škrijelj : accordéon

Loris Binot et Émilie Škrijelj, musiciens complices depuis une dizaine d’années, invitent en 2019 le percussionniste Lê Quan Ninh pour un premier concert en trio dont l’engagement et la subtilité résonnent encore. Un véritable trio est né qui n’a pas peur du silence et de la retenue. Depuis, il ont enregistré un disque pendant le confinement "Distant numbers" sorti sur le label eux sæm et l'aventure continue à trois.

IMG_20211120_021237 (1).jpg

 

 

Les Marquises

Depuis 2019, Émilie Škrijelj et Tom Malmendier forment le duo Les Marquises, autour d’un accordéon, d’une batterie et de quelques vinyles dans un paysage sonore en mouvement permanent, ludique et agité, inventif et insatiable. Le premier disque est sorti fin février 2020 sur le label "eux sæm"et le deuxième "Tropism" en 2021 sur le label "Carton Records". 

Deux voix respirent ensemble, s'échangent et s'enroulent comme une plante volubile.

Une danse sur les braises, ardentes Marquises....

Émilie Škrijelj : accordéon, platine, électronique
Tom Malmendier : batterie

 

Chronique Jazz à Paris, avril 2020

Chronique Spontaneous music, avril 2020

Chronique Citizen Jazz, mai 2020

Chronique Salt Peanults, 2020

 
IMG_20190528_221127 (2) (1).jpg

 

LES MARQUISES & mIKE LADD

Création Festival Météo 2021

En 2021, le duo ouvre la porte au spoken word du rappeur et poète américain Mike Ladd pour une plongée postfuturiste où se confrontent deux planètes imaginaires, une épopée dramatique, une histoire de science fiction livrée par un conteur de haut vol sur une musique ciselée qui révèlent les contours d'un paysage intime et sauvage. 

Emilie Škrijelj : accordéon, platine, électronique

Mike Ladd : voix, poésie

Tom Malmendier : batterie

 
22Émilie Skrijelj - Mike Ladd - Tom MalmendierPierre Chinellato.jpg

CHRONIQUE

Point Break, Guillaume Malvoisin

"Dans l’organicité plastique de ce trio. On en connait le duo Emilie Škrijelj & Tom Malmendier, appelé autrement Les Marquises, on en connait les frasques frappées de Mike Ladd.

Réunis, les 3 vocalistes/instrumentsites livrent un récit d’anticipation improvisée, un conte moderne et actuel où un monde disparait peu à peu dans ses errements et les oublis de ce qui le fonde. Aucun lien avec le nôtre ? Possible. Quoique. Ce qui est important avec la musique improvisée, telle que la pratiquent, la cherchent et la trouvent Škrijelj & Malmendier, c’est qu’elle vit les deux pieds dans la réalité la plus urgente. Et ce n’est pas la verve d’ogre impatient de Mike Ladd qui va calmer le jeu. " 

CITIZENJAZZ, Franpi Barriaux

 

Cette rencontre à l’été 2021 avec l’un des duos les plus radicaux de la scène improvisée francophone en témoigne, et c’est sans doute dans cette esthétique qu’il se sent finalement le plus à l’aise. Enregistré au festival Météo de Mulhouse, ce concert avec le batteur Tom Malmendier et l’accordéoniste et turntabliste Émilie Škrijelj offre une double confirmation : d’abord, Les Marquises est une formation capable de construire n’importe quel climat. Ensuite Mike Ladd est un formidable narrateur, capable à lui seul s’approprier ces latitudes imaginaires et de leur donner vie.
 
En quarante-cinq minutes d’une longue tirade enflammée, récit de science-fiction qui rappelle le magnifique Welcome to The Afterfuture de Ladd, The Kort’dakian Crisis nous emmène où il le souhaite, c’est-à-dire dans l’atmosphère de Kort’Dakian, quelque peu hostile et en péril. On retrouve dans le jeu de Malmendier cette urgence qui apportait énormément dans le premier album des Marquises. Lorsque Ladd ralentit la cadence, ce sont des balais intenables qui maintiennent une incroyable tension. Le batteur est le point d’ancrage des deux esprits en liberté : Mike Ladd aspiré par son récit, Émilie Škrijelj qui s’empare d’un mouvement permanent, passant de son accordéon générateur de son aux platines, qui font énormément pour le climat de la narration. La jeune musicienne a toujours cette créativité étonnante qui fait de chaque effet sonore, de chaque voix travestie par le scratch des éléments de narration, des incitations à poursuivre plus avant une exploration qui est à la fois le sujet de l’histoire et son contexte.
 
La liberté qui anime Mike Ladd et les Marquises ne se négocie pas, elle s’impose. C’est même le sujet de The Kort’Dakian Crisis, sa raison d’être. Au détour d’un déchirement électronique rauque, en toute fin du morceau, alors que l’auditeur a l’impression d’avoir couru aux trousses d’un rappeur visiteur d’exoplanète hostile qui ne cesse de presser le pas, Émilie Škrijelj revient à l’accordéon, comme un retour dans une atmosphère plus incarnée, alors que la mitraille de la batterie, elle aussi, s’offre quelque répit. Un fructueux moment entre trois créateurs de mondes qui, comme souvent avec Mike Ladd, savent projeter leur poésie dans le biotope idéal, fût-il hostile. Un univers que Malmendier et Škrijelj agrémentent de splendides déchirures.

 

Nuits

 

"La musique de Nuits s’amuse avec notre écoute. Elle brouille la perception des sources sonores. Très souvent, on ne sait plus qui fait quoi. C’est une musique de textures, de matières, soutenue par une obstination, un entêtement dans la façon de déployer les événements sonores d’une grande qualité. Des voix, des langues, des histoires font irruption parfois dans les textures déployées." Anne Montaron

Emilie Škrijelj : accordéon, électronique
Tom Malmendier : batterie, objets
Armand Lesecq : traitement, spatialisation
Stéphane Clor : cello, sampler

nuits brest (1).jpg

Extrait de nuits au Festival METEO 2020 diffusé sur France musique, dans l'émission "A l'improviste",

Anne Montaron, 20.09.20

YOUBITCOLD

 

Elio Amberg : saxophone ténor, électronique

Emilie Škrijelj : accordéon, platine, électronique

​Tom Malmendier : batterie

 

 
image0 (1).png