Krč 

Issu du collectif Azeotropes, le duo Krči réunit Loris Binot et Emilie Škrijelj, musiciens complices depuis une dizaine d'années. Ils détournent leurs instruments pour en extraire des formes abstraites, sensibles et rugueuses. Krči réunit claviers, accordéon et électronique dans une immersion poétique et sauvage.

Loris Binot : piano préparé, fender rhodes préparé, moog, traitements
Emilie Škrijelj : accordéon, samples, électronique 

C'est en novembre 2019 qu'ils invitent le percussionniste Lê Quan Ninh pour un premier concert en trio acoustique. Pendant le confinement, ils réalisent une correspondance de plusieurs mois qu'ils réunissent dans le disque Distant Numbers, sorti en août 2020 sur le nouveau label eux sæm

 

 

 

Nuits

 

nuits s’invente à travers l’improvisation. Le quartet dessine des paysages en clair-obscures qui se fragmentent pour aussitôt se recomposer d’une autre façon donnant à la musique un aspect dynamique et imprévisible. L’utilisation de samplers, de magnétophones K7 ou encore de synthétiseurs combinés à l’accordéon, la contrebasse et la batterie rend floue les lignes entre acoustique et électronique tout offrant une grande richesse de timbres que les musiciens réinventent à chaque instants.

Emilie Škrijelj : accordéon, samples et mini synthétiseur modulaire
Tom Malmendier : batterie et polystyrènes
Thomas Coquelet : multipiste K7 et synthétiseurs
Stéphane Clor : contrebasse amplifiée et larsens

Loris Binot / Emilie Skrijelj - Novembre 2019

Creative Source 

 

 

 

Les Marquises

Trio à deux têtes de noise exploratoire entre accordéon, percussions et craquements de vinyles.  Quand ils ont commencé à jouer ensemble, Jacques Brel était toujours quelque part, fredonnant un refrain, ou pointant vers eux un doigt accusateur. "Les Marquises" s'est imposé tout seul. Le premier disque est sorti fin février 2020 sur le nouveau label "eux sæm".

Deux voix respirent ensemble, s'échangent et s'enroulent comme une plante volubile.

Une danse sur les braises, ardentes Marquises....

Émilie Škrijelj : accordéon, platine, électronique
Tom Malmendier : batterie

 

Album Les marquises - label eux sæm

Chronique Jazz à Paris, avril 2020

Chronique Spontaneous music, avril 2020

Chronique Citizen Jazz, mai 2020

 
 

 

Les Amants

Love ♠ Noise ♠ Breakcore


Influences: Venetian Snares, Dillinger Escape Plan, Moha

Emilie Škrijelj : korg ms 20, sampler, électronique

Tom Malmendier : batterie, pad

  • Instagram

© Eliot Lambert

MOKKÖ

"éclats, restes de paysages et de lumière, débris de vert, de jaune, parfois de bleu, écorces des grands arbres abattus et pelés, tronçonnés et chevillés les uns aux autres depuis des siècles avec la même attention - ici murs, là charpentes, planchers, cloisons de hautes stères, repos temporaire ou éternel, les pierres sèchent dans les coins, retournent lentement et partout à l'état sauvage, les moissons à l'abandon"
Franck Doyen, in "collines, ratures", éd. La Lettre volée, 2016

Emilie Škrijelj : accordéon

Louis-Michel Marion : contrebasse

Disque sorti en octobre 2019

Chronique sur Citizen Jazz

Extrait bandcamp

 

DREIECK INTERFERENCES ENSEMBLE

 

Création du Festival METEO 2019

Grand ensemble d'improvisation de 24 musiciens réunis sous l'impulsion de Stéphane Clor, issus du contemporain, de l'improvisation libre, du drone, du noise, du jazz et du néo traditionnel.

Karam Alzouhir / Hector J. Ayala / Jeanne Barbieri / Lise Barkas / Alma Bucciali / Félix Chaillou-Delecourt 
Stéphane Clor / Julien Desailly / Anil Eraslan / Xavière Fertin / Laure Fischer / Louis Freres / Alicia Girod-Kusmeruk 
Ross Heselton / Olivier Maurel / Thomas Malmendier / Ayako Okubo / Léonie Risjeterre / Ruben Tenenbaum 
Merve Salgar / Emilie Škrijelj / Evan Vercoutre / Theo Zimmermann 

 

http://www.dreieck-interferences.net/

 

Azeotropes

"Il y a beaucoup de strates dans Azeotropes, comme dans un phénomène de sédimentation. Souvenirs, c’est certain, des amours anciennes de Loris Binot pour un groupe tel que Soft Machine, ou encore King Crimson mêlés à des élans free ; élaboration d’un idiome qui doit autant au jazz qu’à la musique contemporaine ; mais avant tout, la présence constante d’une pulsation. Car ce grand groupe est une fière machine qui avance et ne perd jamais de vue le rythme qui reste son repère et son point fixe, au plus fort du bouillonnement. C’est là ce qui fait du collectif un vrai mélange azeotropique… et unique en son genre."

Denis Desassis, Citizen Jazz, 18 novembre 2018

Loris Binot /Joseph Ramacci / Antoine Arlot / Christophe Castel / Michel Deltruc /  Annabelle Dodane  

Louis-Michel Marion / Madeleine Lefebvre / Denis Jarosinski / Emilie Škrijelj

Collectif Azeotropes